À Charles Spon, le 12 mars 1658
Note [19]

« Œuvrons à ce que nul n’ait plus rien » : expression inspirée de Suétone (v. note [42], lettre 183), mais que ni lui ni Tacite n’ont mise en relation avec Ofonius Tigellinus, cruel et pervers favori de Néron, qui dut sa fortune à sa beauté et à ses débauches. Peut-être Guy Patin a-t-il mis là le nom de ce détestable personnage pour mieux dénigrer les manigances cyniques des politiques qu’il dénonçait dans ce passage.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 12 mars 1658. Note 19

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0519&cln=19

(Consulté le 09.12.2022)

Licence Creative Commons