À Claude II Belin, le 24 mai 1630
Note [2]

Tout au long de sa correspondance, Guy Patin a fait référence aux deux moyens qu’on pouvait employer pour faire circuler une lettre ou un colis (paquet). Le premier était la poste aux lettres, autrement nommée l’ordinaire, qui était onéreuse et qui exposait l’envoi aux aléas des transports et aux indiscrétions de la censure. Le second était privé, en profitant du voyage d’un particulier, libraire (comme ici) ou autre relation de l’expéditeur.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 24 mai 1630. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0004&cln=2

(Consulté le 22.01.2021)

Licence Creative Commons