À Claude II Belin, le 10 mars 1638
Note [2]

« La troupe fort servile des candidats estime pourtant que beaucoup lui est dû ».

Cicéron a parlé de l’officiosissima natio candidatorum en deux endroits : au paragraphe xxxiii du Plaidoyer pour Muréna, « si toute cette troupe fort servile des candidats [illa officiosissima… tota natio candidatorum], qui ne permet à personne d’entrer sans escorte d’honneur dans la ville » ; et au paragraphe xxiii du Discours contre Pison, « Je soutiens qu’il ne vint presque personne de la troupe fort servile des candidats [de officiosissima quidem natione candidatorum], quoiqu’ils en eussent été avertis et priés ce jour-là même et plusieurs jours d’avance ».

Guy Patin nous renseignait sur une coutume non écrite de la Faculté : les sollicitations des candidats et de leurs protecteurs pour obtenir un bon classement à un examen oral ; n’ayant pas que des inconvénients, ce genre de pratique n’a pas disparu (on en viendrait même à trouver suspect un candidat sans recommandation).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 10 mars 1638. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0038&cln=2

(Consulté le 13.04.2021)

Licence Creative Commons