À Claude II Belin, le 5 mai 1638
Note [2]

« vous avez parfaitement conjecturé à son propos : c’est lui-même que vous avez connu bachelier en médecine. »

Jean Bompain, natif de Coutances (Manche) avait obtenu le 4e rang des 11 bacheliers que la Faculté de médecine de Paris avait reçus le samedi 16 avril 1616 (Comment. F.M.P., tome xi, fo 168 ro). Il n’avait disputé que sa première thèse quodlibétaire sous la présidence de Jean Bourgeois, le lundi 9 janvier 1617 : Estne sua cuique parti facultas insita ? [La faculté de se reproduire n’est-elle pas implantée en chacun ?] (affirmative) (ibid. fo 213 ro). Ayant choisi d’entrer dans la Compagnie de Jésus, comme on l’a vu dans la précédente note, il interrompit alors ses études médicales.

Claude ii Belin fut sans doute compagnon d’études de Bompain, entre 1612 et 1616, bien que Belin ne figure dans aucune liste de bacheliers de Paris. La Faculté accueillait bien plus de philiatres (étudiants du premier cycle) qu’elle ne recevait de bacheliers. Ceux qui renonçaient allaient prendre leurs diplômes dans une autre université (Montpellier dans le cas de Belin), beaucoup plus vite et pour beaucoup moins cher.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 5 mai 1638. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0041&cln=2

(Consulté le 24.01.2021)

Licence Creative Commons