À André Falconet, le 31 janvier 1659
Note [2]

« je me soucie fort peu de le savoir ; je me soucie seulement de Jupiter car lui seul est tout pour moi ». Heus age, responde (minimum est quod scire laboro)/ de Iove quid sentis ? [Or çà, réponds-moi (je me soucie fort peu de le savoir) que penses-tu de Jupiter ?] (Perse, Satire ii, vers 17‑18).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 31 janvier 1659. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0554&cln=2

(Consulté le 22.04.2021)

Licence Creative Commons