À André Falconet, le 17 juin 1660, note 2.
Note [2]

Bien que citoyen romain, Claude Élien dit le Sophiste (Préneste près de Rome, vers la fin du iie s.-vers 260) se livra à une étude si approfondie de la langue et de la littérature grecques que ses connaissances en cette matière le firent comparer à un Athénien. Des nombreux ouvrages qu’il avait composés nous ne possédons que :

  • les 14 livres des Ποικιλη ιστορια [Histoires diverses], remarquables pour le grand nombre de fragments d’ouvrages perdus qu’il renferme ;

  • les 17 livres Περι Ζωων Ιδιοτητος [Sur la Nature des Animaux] pleins de fables ridicules, mais qui contient des particularités curieuses.

On attribue encore à Élien des Lettres rustiques publiées dans la Collectio epistolarum Græcarum [Recueil de lettres grecques] (Venise, 1499), compositions de rhétorique sans aucun intérêt, et quelques autres morceaux (G.D.U. xixe s.). Élien a beaucoup parlé de Socrate dans ses œuvres, mais je n’y ai pas trouvé le passage auquel Guy Patin faisait ici allusion.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 17 juin 1660, note 2.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0618&cln=2

(Consulté le 24/02/2024)

Licence Creative Commons