À André Falconet, le 17 mai 1661, note 2.
Note [2]

Pique : « brouillerie, mésintelligence, petite noise ou division qui est entre parents et amis » (Furetière).

Plus qu’une brouille entre libraires de Lyon et de Genève, les activités clandestines de Guy Patin dans le trafic des livres pouvaient être la véritable raison de cette saisie.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 17 mai 1661, note 2.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0696&cln=2

(Consulté le 23/06/2024)

Licence Creative Commons