À Johann Caspar I Bauhin, le 29 avril 1669
Note [2]

« surtout deux empourprés, qui ont malheureusement et cruellement tondu la France tout entière avec leur poussière romaine. »

Avec cette saillie contre les cardinaux-ministres, Richelieu et Mazarin, Guy Patin voulait sans doute dire qu’à la manière des alchimistes faiseurs d’or, ils avaient échangé l’argent des Français contre de la vile poussière qu’ils avaient appris à ramasser à Rome, des promesses vaticanes en quelque sorte.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Caspar I Bauhin, le 29 avril 1669. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1030&cln=2

(Consulté le 21.01.2021)

Licence Creative Commons