À Reiner von Neuhaus, le 4 juillet 1663
Note [2]

« La mort transforme les sceptres en houes. »

Cet emblème alors banal est emprunté à Hildebert de Lavardin, prélat du xiie s. (v. note [9] du Borboniana 1 manuscrit), Carmina miscellanea [Poèmes mêlés], cxxxix, De morte [Sur la mort] (J.‑P. Migne, Patrologia Latina, Paris, 1803, tome clxxi, colonne 1442) :

Inter opes et delicias populique favores,
Hoc animus recolat, hoc tua lingua sonet,
Mors dominum servo, mors sceptra ligonibus æquat,
Dissimiles simili conditione trahens

[Entouré de richesses, de délices et des faveurs du peuple, que ton âme se remémore et que ta langue proclame ceci : la mort transforme le maître en esclave, les sceptres en houes, réunissant en semblable condition les êtres dissemblables].

V. notes [12], lettre 715, pour la naissance du dauphin Louis de France le 1er novembre 1661, et [3], lettre 837, pour le malingre infant Carlos (né le 6 novembre 1661), unique fils vivant de Philippe iv et de sa seconde épouse, Marie-Anne d’Autriche, futur roi Charles ii en 1665.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Reiner von Neuhaus, le 4 juillet 1663. Note 2

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1281&cln=2

(Consulté le 03.12.2022)

Licence Creative Commons