De Charles Spon, le 28 décembre 1657, note 2.
Note [2]

« avec vomissements violents et répétés, et sueurs froides, urines rouges et troubles, légère strangurie ».

Strangurie (Furetière) :

« Involontaire émission d’urine {a} fort fréquente et en petite quantité ou goutte à goutte, quelquefois sans douleur et quelquefois avec douleur. Elle vient ou d’avoir bu une trop grande quantité d’eau froide, ou lorsqu’il a coulé des humeurs froides sur les parties qui reçoivent l’urine, qui les rendent paralytiques ; car alors le muscle {b} qui serre la vessie est relâché et amolli, en sorte qu’il ne peut tenir le col de la vessie serré. Ce mot est grec et composé de stranx, qui signifie goutte, et de ouron, qui signifie urine. » {c}


  1. Il ne s’agit pas d’une incontinence urinaire, mais d’une envie impérieuse, que ne peut dominer la volonté.

  2. Sphincter.

  3. On préfère dire aujourd’hui le mot de pollakiurie (de pollakhou, souvent).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Charles Spon, le 28 décembre 1657, note 2.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9030&cln=2

(Consulté le 23/05/2024)

Licence Creative Commons