De Reiner von Neuhaus, le 13 juin 1662, note 2.
Note [2]

« que nous irions voir pour la pauvreté de notre plume et de notre Minerve » : traduction incertaine d’un latin sur lequel Guy Patin est revenu dans sa réponse (v. note [3], lettre latine 199). Ce pouvait être une allusion aux vers de Virgile (Énéide, chant viii, vers 408‑410) :

Inde ubi prima quies medio iam noctos abactæ
curriculo expulerat somnum, cum femina primum,
cui tolerare colo vitam tenuique Minerva
impositum, cineres et sopitos suscitat ignis
.

[Mais déjà la nuit avait franchi la moitié de sa carrière et le repos venait de chasser le sommeil. C’est l’heure où une femme, réduite à ne soutenir le fardeau de sa vie qu’avec son fuseau et les travaux d’une pauvre Minerve, {a} commence par ranimer la cendre et les feux assoupis]. {b}


  1. Femme aussi sage que belle, ou instruite et adroite au travail (Littré DLF).

  2. Traduction de Paul Veyne (2013).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Reiner von Neuhaus, le 13 juin 1662, note 2.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9074&cln=2

(Consulté le 27/05/2024)

Licence Creative Commons