Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (1) : sur le Laudanum et l’opium
Note [22]

Livre iii, chapitre i, paragraphe De dolore auris ex imflammatione oborto [De la douleur d’oreille engendrée par l’inflammation] (Kühn, tome xii, page 602) :

Cogente vero dolore necessarium est etiam iis quæ sensum stupefaciunt uti, quemadmodum etiam in iis, qui colum aut renes aut quamcumque tandem partem affecti vehementi dolore affliguntur, facere consuevimus. Miscetur autem opium muliebri lacti et ovi candido, quæ ipsa et per se sæpe aurium inflammationibus profuere, miscetur et castorio opium. Verum multo ante usum tempore, sive pari pondere sive duplo, castorio admisceatur, præparatum id esse convenit et miscetur quidem in vehementissimis doloribus pari, in minoribus vero duplo.

[Mais quand la douleur y contraint, il est nécessaire de recourir aussi aux médicaments qui engourdissent les sens ; comme nous avons coutume de faire chez ceux qui, souffrant du côlon, des reins ou de n’importe quelle autre partie du corps, sont torturés par une vive douleur. L’opium peut aussi être mélangé à du lait de femme et à du blanc d’œuf qui, eux-mêmes et en soi, ont souvent été utiles dans les inflammations des oreilles. On peut encore mêler l’opium à du castoréum : {a} on applique cet onguent en abondance devant la tempe ; la proportion de castoréum  et d’opium est d’une pour une, quand les douleurs sont très vives, et de deux pour une quand elles sont moindres].


  1. V. supra note [2].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (1) : sur le Laudanum et l’opium. Note 22

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8129&cln=22

(Consulté le 20.09.2019)

Licence Creative Commons