À Charles Spon, le 29 mai 1648
Note [23]

Les altératifs (ou altérants) étaient « des médicaments qui changent et rétablissent les solides et les liquides du corps humain dans leur état naturel, sans aucune évacuation sensible » (Trévoux). « Les altérants doivent donc en général avoir la vertu de corriger l’acrimonie qui domine dans les premières voies ou dans les liqueurs, ou de résoudre les amas qui se forment dans les vaisseaux sanguins pour qu’ils puissent sortir du corps par le moyen de la transpiration ou de quelque évacuation insensible » (J.‑F. Lavoisien, Dictionnaire portatif de médecine… 1793). Le type en était l’eau de chaux.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 29 mai 1648. Note 23

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0156&cln=23

(Consulté le 16.10.2019)

Licence Creative Commons