À Charles Spon, le 9 avril 1655
Note [23]

« L’aurige est emporté par ses chevaux, et le char n’obéit plus aux rênes » ; vers de Virgile (Géorgiques, chant i, vers 514) qui termine un fragment dont Guy Patin aimait aussi à citer le début (v. note [5], lettre 88) :

sævit toto Mars impius orbe,
ut cum carceribus sese effudere quadrigæ,
addunt in spatia, et frustra retinacula tendens
fertur equis auriga neque audit currus habenas
.

[Mars impie sévit dans l’univers entier, à la manière dont, une fois élancés des barrières, les quadriges se donnent du champ ; en vain l’aurige tire sur les rênes, il est emporté par ses chevaux et le char n’obéit plus aux rênes].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 9 avril 1655. Note 23

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0398&cln=23

(Consulté le 28.01.2021)

Licence Creative Commons