À Charles Spon, le 13 juillet 1655
Note [23]

« auxquelles nos bourgeois ne sont que trop sujets pour leur intempérie bilieuse et leur ivrognerie. » « La plus éminente qualité de l’aloès [v. note [8], lettre 169] est d’offrir un médicament purgatif et drastique, même d’agir à petite dose, puisque souvent un ou deux grains d’aloès excitent une selle ; mais il a l’inconvénient grave de produire des coliques et d’agir spécialement sur le système vasculaire intestinal ; c’est pourquoi, si l’on en use fréquemment ou à forte dose, il ne manque guère de solliciter le flux hémorroïdal ou des évacuations alvines [selles] mêlées de sang » (Virey in Panckoucke, 1812).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 13 juillet 1655. Note 23

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0406&cln=23

(Consulté le 29.11.2020)

Licence Creative Commons