Annexe : L’ultime procès de Théophraste Renaudot contre la Faculté de médecine de Paris, perdu le 1er mars 1644
Note [23]

Théophraste Renaudot avait mis en place un tronc pour recevoir les dons des bonnes âmes qui fréquentaient le Bureau d’adresse. Sa phrase mal construite veut dire qu’il n’y avait jamais prélevé d’argent pour autre chose que le financement des consultations charitables : le moindre liard qu’on y avait déposé était dépensé pour les soins aux démunis, contrairement à la rumeur l’accusant de s’enrichir honteusement sur leur dos.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : L’ultime procès de Théophraste Renaudot contre la Faculté de médecine de Paris, perdu le 1er mars 1644. Note 23

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8008&cln=23

(Consulté le 15.07.2020)

Licence Creative Commons