À Charles Spon, le 5 février 1658
Note [27]

« On appelle testament de mort les déclarations ou dépositions d’un criminel depuis qu’on lui a prononcé son arrêt » (Furetière).

Simon Le Moine avait été reçu libraire en 1634. Installé rue Saint-Jacques Aux trois Couronnes, il avait été exécuté le 29 janvier 1658 (Renouard).

Le frère benjamin du Grand Cramoisy (Sébastien) se prénommait Claude (v. note [1], lettre latine 134) ; il avait épousé François Patelé (ou Paslé) qui lui avait donné cinq enfants, dont trois fils, prénommés Claude (né en 1633, probablement le criminel dont il était ici question), André et Sébastien ; ces deux derniers devinrent à leur tour libraires-imprimeurs.

V. inra note [34], pour Gabriel, un autre des frères Cramoisy.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 5 février 1658. Note 27

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0514&cln=27

(Consulté le 03.12.2022)

Licence Creative Commons