À Hugues II de Salins, le 29 octobre 1658, note 27.
Note [27]

« Dans certaines maladies chroniques, principalement dans l’état de convalescence, il a plu à certains médecins, pour se rendre agréables aux pharmaciens, de mélanger en une fois trois sirops cathartiques : cinq scrupules de sirop de roses, de fleurs de pêcher et de chicorée avec de la rhubarbe ; ces trois sirops mélangés ensemble en parties égales sont placés dans une fiole de verre et conservés à disposition. Et voilà ce qu’on appelle le sirop magistral. »

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues II de Salins, le 29 octobre 1658, note 27.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0544&cln=27

(Consulté le 14/04/2024)

Licence Creative Commons