À Claude II Belin, le 24 mai 1630
Note [3]

Bernard Perrier (Pererius), natif de Montpellier, y obtint sa licence de médecine en mars 1616 et son doctorat en février 1617. Dulieu donne les titres de ses quatre thèses :

  • An maleficia venerea remediis physicis curari quærant ? [Est-ce que les maladies vénériennes ont besoin d’être soignées par les remèdes physiques ?] ;

  • An (quemadmodum morbi hæreditarii) ita et animi mores nobis a parentibus esse possint ? [L’esprit et les mœurs (à la manière des maladies héréditaires) pourraient-ils nous être transmis par nos parents ?] ;

  • An in περιπνευμονια venæ sectio ? [Faut-il employer la saignée dans la péripneumonie ?] ;

  • An calculo renum terebinthina Veneta ? [Faut-il employer la térébenthine de Venise (de mélèze) dans le calcul des reins ?].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 24 mai 1630. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0004&cln=3

(Consulté le 25.09.2020)

Licence Creative Commons