À Claude II Belin, le 4 août 1642, note 3.
Note [3]

Si la médecine a bien évolué dans la connaissance des fièvres, elle est demeurée tout à fait constante dans l’obstination à rendre le malade responsable de sa maladie, à cause de sa mauvaise conduite à l’encontre de la déesse Hygie. Un tel châtiment est spécialement mérité quand la maladie est indocile, c’est-à-dire qu’elle échappe à la toute-puissance des médecins.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 4 août 1642, note 3.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0069&cln=3

(Consulté le 17/07/2024)

Licence Creative Commons