À Claude II Belin, le 24 octobre 1646
Note [3]

Dans la coutume du Maine, les pères nobles ne dotaient pas leur fille quand ils la mariaient, mais lui attribuaient une part de leur héritage.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 24 octobre 1646. Note 3

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0138&cln=3

(Consulté le 03.07.2022)

Licence Creative Commons