À Charles Spon, le 10 novembre 1651
Note [3]

L’assemblée des états de Bretagne à Nantes irritait fort le parlement de Rennes qui en disputait la présidence.

Journal de la Fronde (volume i, fo 509 ro, Paris, 10 novembre 1651) :

« La cour sera encore quelque temps à Poitiers, n’ayant pas encore bien résolu quelle route elle doit prendre. Plusieurs croient qu’elle ira en Bretagne pour y accommoder les différends qui sont entre les états de la province et le parlement, et pour faire augmenter le don gratuit du roi ; et d’autres estiment qu’elle ira à La Rochelle dont le lieutenant général, qui est ennemi du comte du Dognon, étant venu assurer Leurs Majestés qu’elles y seraient bien reçues, M. d’Estissac a envoyé un gentilhomme dans l’île de Ré de la part du roi, qui l’a fait déclarer pour Sa Majesté ; et ensuite, ceux de La Rochelle ont envoyé dire au comte du Dognon qu’ils étaient d’avis d’envoyer des députés à la cour ; à quoi il a consenti, voyant qu’il ne le pouvait empêcher, et l’on croit qu’il sera contraint par là de s’accommoder avec la cour. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 10 novembre 1651. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0272&cln=3

(Consulté le 06.05.2021)

Licence Creative Commons