À André Falconet, le 13 février 1661
Note [3]

« il y a une grande sympathie entre chacune de ces deux parties, qui est permise non tant en raison de leur fonction, qu’en raison de leur voisinage et de leurs vaisseaux. » La rate et le poumon gauche ont en effet des fonctions bien distinctes, tout en n’étant séparés que par le diaphragme doublé des minces feuillets du péritoine et de la plèvre ; mais les deux viscères ne partagent aucun vaisseau.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 13 février 1661. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0670&cln=3

(Consulté le 03.12.2020)

Licence Creative Commons