À André Falconet, le 23 septembre 1661
Note [3]

« Il m’est pénible de vous écrire ces choses, j’écris pourtant ».

Il est impossible de dire avec assurance qui était la relation d’André Falconet à qui arrivaient ces mésaventures. Toutefois, la touchante compassion de Guy Patin fait penser à une personne très proche de Falconet, qui pouvait être son frère, le prêtre, alors en butte à de grands tracas en raison de son « libertinage » (v. note [4], lettre 730).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 23 septembre 1661. Note 3

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0714&cln=3

(Consulté le 06.12.2022)

Licence Creative Commons