L. 730.  >
À André Falconet,
le 21 mars 1662

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

On parle ici d’un voyage que le roi [2] veut faire à Saint-Germain, [3] pendant lequel l’on poursuivra vivement M. Fouquet. [4] Il a affaire à rude partie et je sais de bonne part que M. Colbert [5] fera ce qu’il pourra pour le perdre. Mme du Plessis-Bellière [6] lui doit être confrontée cette semaine. Mme Fouquet [7] est ici dès jeudi avec permission de solliciter pour son mari, nous en avons à attendre un grand événement. Le roi a rabattu quatre millions sur les tailles [8] après les remontrances qui lui ont été faites par la Chambre de justice, [9] à ce que me dit hier au soir M. le premier président[10] La rivière est ici encore tellement grosse qu’il ne nous peut rien venir de Rouen, ni blé, ni autres commodités dont on a ici fort besoin. [11]

On a découvert en Espagne une conspiration contre le roi [12] et sa personne. C’était pour le faire sauter avec des caques de poudre en cas que l’affaire eût réussi. On dit que c’est le comte de Liche, [13] fils de don Luis de Haro, [14] qui en était l’auteur et qui a été arrêté prisonnier. [1] Il était parti d’Ostende [15] dix vaisseaux du roi d’Espagne, pleins de soldats tirés des garnisons des Flandres, [16] pour aller en Portugal y faire la guerre, mais la tempête les a écartés et comme dissipés.

Je suis de votre avis pour la chimie, [17] il n’y a point de danger que Noël Falconet [18] en sache quelque chose, ce peu suffira pour en faire reconnaître la fourberie. Nosti illud Neoptolemi apud Ennium : Philosophandum, sed paucis ; [2][19] les plus courtes folies sont les meilleures. Barlet [20] demeure dans Cambrai [21] où je fais leçon. [3][22] Je saurai après-demain s’il commencera bientôt et après, nous prendrons son temps et son heure, je fournirai l’argent nécessaire. Je n’ai point vu M. Duchef [23] il y a longtemps, mais je ne crois pas qu’il vienne à bout du prêtre [24] pour le faire aller à Lyon. Il n’aurait point là ses coudées franches comme telles gens que lui les ont à Paris, dans l’abus et le libertinage[4][25]

Le roi et les reines s’en vont jeudi prochain à Saint-Germain-en-Laye, on dit que c’est un mauvais signe pour M. Fouquet. Cependant, on supprime une certaine sorte de rentes faites ici l’an 1659, de la somme de 160 000 livres, dont beaucoup de gens crient. Ceux qui les ont achetées en ont eu bon marché, mais ils sont en danger d’être mal payés de leurs intérêts, que le roi ne veut plus maintenir. M. Fouquet a été interrogé sur les ordres qu’il avait laissés de faire mettre des gens de guerre en campagne deçà et delà, et de faire assembler les parlements en cas qu’il fût arrêté par les ordres du roi. Il s’excuse sur la haine que le cardinal Mazarin [26] lui portait et se défend parfaitement bien. Il ne perd point courage, quoique beaucoup de gens le tiennent perdu. Mysterium est[5][27] on dit qu’il est devenu tout blanc depuis sa prison. On devient blanc à moins de perte, mais c’est en vieillissant. Je vous baise les mains et suis de tout mon cœur votre, etc.

De Paris, ce 21e de mars 1662.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 21 mars 1662

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0730

(Consulté le 21.10.2019)