L. latine 184.  >
À Johann Georg Volckamer,
le 16 mars 1662

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Ms BIU Santé no 2007, fo 129 vo | LAT | IMG]

Au très distingué M. Johann Georg Volckamer à Nuremberg.

Très distingué Monsieur, [a][1]

J’ai deux raisons de vous écrire aujourd’hui : la première est qu’un jeune étudiant en médecine de Nuremberg, nommé Jakob Bürlein, [2] m’a rendu visite et salué de votre part ; la seconde est pour vous informer sur certaines gravures que vous m’avez demandées. Sachez là-dessus que j’ai ici en mains un fascicule contenant les portraits de nombreux rois et nobles de la cour, et de quelques reines, mais où ne se trouve aucun savant ; nul n’y a encore été dessiné ou, du moins, y en a-t-il fort peu. [1] Si vous voulez pourtant avoir ce fascicule, écrivez-moi pour que je l’envoie à Lyon, chez notre ami le très distingué Spon. [3] Je vous ai récemment écrit, ainsi qu’à Werner Rolfinck, [4] par l’intermédiaire de M. N. Picques, [5] et n’ai donc rien de plus à vous dire. [2] Néanmoins, s’il se trouve des disputations ou des thèses de médecine qui se puissent obtenir à prix raisonnable, achetez-les-moi s’il vous plaît. [6] Je salue nos anciens amis, ainsi que M. Fabricius, médecin de Nuremberg, qui a un fils dans notre ville, jeune homme savant et bien élevé. [3][7][8] Je salue aussi votre collègue M. Nicolaï, [9], M. Rolfinck et M. Conring, dont je souhaiterais avoir la thèse de Scorbuto[4][10][11] Pour votre compatriote qui séjourne à Lyon, dont vous m’avez écrit, j’attendrai patiemment sa visite. Nous avons ici trois nouveaux opuscules de médecine : le premier, de spontaneo animalium Motu, et le deuxième, de Lacrymis, sont de Pierre Petit, médecin de Paris, et le troisième, Paradoxum orthodoxum de natura sanguinis, est de Henri Bourgeois. [5][12][13] Le susdit Petit s’attelle à une nouvelle édition des quædam Problemata medicinalia ; cela achevé, il donnera un Arétée, ancien médecin grec, in‑fo, dans une nouvelle traduction et avec des notes. [6][14] N’avez-vous pas vu le livre de Cervisia de Marten Schoock, professeur de philosophie de l’Université de Groningue en Frise, qu’il a publié l’an passé et m’a dédié ? Dans une lettre reçue il y a peu, il me promet un livre nouveau de Fermentatione, que nous souhaitons bien voir. [7][15][16] Transmettez à l’occasion mes salutations à M. Felwinger. [17] Vale, très éminent Monsieur, vous qui êtes l’ornement de ma vie et le plus agréable des amis.

De Paris, ce 16e de mars 1662.

Votre Guy Patin de tout cœur.


Rédaction : guido.patin@gmail.com — Édition : info-hist@biusante.parisdescartes.fr
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Georg Volckamer, le 16 mars 1662

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1217

(Consulté le 08.10.2022)