À André Falconet, le 21 mars 1662, note 2.
Note [2]

« J’ai appris cela de Neoptolème dans Ennius : “ Il faut philosopher, mais peu de gens le doivent ” ».

Aulu-Gelle (Nuits attiques, xv, ix) :

Ennianum Neoptolemum probabamus, qui profecto ita ait : Philosophandum est paucis ; nam omnino haud placet.

[Nous approuverons le Néoptolème d’Ennius {a} qui a assurément parlé ainsi : “ Il convient à peu de gens de philosopher ; à vrai dire, cela n’est plus guère en vogue ”].


  1. V. note [7], lettre 33, pour le poète latin Quintus Ennius.

    L’histoire a retenu deux Néoptolème, rois d’Épire : Néoptolème ier, grand-père d’Alexandre le Grand, et Néoptolème ii, son petit-fils, qui fut assassiné par son rival Pyrrhus, en 295 av. J.‑C.

    Cicéron a plusieurs fois repris ce vers d’Ennius.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 21 mars 1662, note 2.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0730&cln=2

(Consulté le 05/03/2024)

Licence Creative Commons