À André Falconet, le 8 décembre 1665, note 3.
Note [3]

La suite de la vie du président Nicolas iii Potier de Novion (v. note [25], lettre 183), qui présidait alors aux grands jours d’Auvergne, a bien donné tort à Guy Patin : devenu premier président du Parlement de Paris en 1678, Louis xiv le força de démissionner en 1689 à cause de ses prévarications outrancières.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 8 décembre 1665, note 3.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0850&cln=3

(Consulté le 17/04/2024)

Licence Creative Commons