De André Falconet, le 15 mars 1661, note 3.
Note [3]

Loret a fait des vers ironiques sur ces nominations épiscopales en rafale (Muse historique, livre xii, lettre xi, du 20 mars 1661, pages 334‑335, vers 181‑240) :

« Le roi voulant faire paraître
Au très savant Monsieur Le Maître,
L’estime qu’il fait d’icelui
Entre les doctes d’aujourd’hui,
L’épiscopat de Lombez donne
À ce grand docteur de Sorbonne. {a}

L’abbé Fabry, fort renommé
Et, dans tout Paris, estimé
Digne d’honneur et de louange,
Doit être prélat d’Orange ;
Et celui qui l’est aujourd’hui,
Par la raison que pour autrui
Présentement on le demande,
Aura, dit-on, celui de Mende. {b}

Le prudent abbé de Colbert,
Pour mettre son chef à couvert
D’une mitre fort honorable,
Comme il est homme irréprochable,
Et des vertus le nourrisson,
Aura la mitre de Luçon,
Qu’on dit être de conséquence,
Et qu’eut jadis une Éminence,
Savoir le Grand de Richelieu,
Dont on parle encore en maint lieu. {c}

On donne à l’abbé de Tonnerre,
Qui dans son bel esprit enserre
Des clartés d’en haut, maint rayon,
Le noble évêché de Noyon,
Évêché vraiment d’importance,
Puisqu’on en devient pair de France. {d}

Au célèbre abbé de Nesmond,
Sans qu’il en ait le roi semond, {e}
Mais d’autant qu’il est homme sage,
Qu’il est de vertueux lignage,
Qu’il est bon et judicieux,
On donne celui de Bayeux,
Un des meilleurs, quoi qu’on en die,
Des six qui sont en Normandie. {f}

Pour Monseigneur Ondedei,
Ci-devant, gratia Dei, {g}
Pasteur de Fréjus en Provence,
Homme sage, par excellence,
Homme illustre, homme généreux,
Doit être Monseigneur d’Évreux. {h}
C’est le roi, dit-on, qui l’ordonne,
Pour éloigner peu sa personne,
Dont ce triomphant potentat
A toujours fait beaucoup d’état,
Pour la véritable sagesse
Que ce noble Romain professe,
Et qui, par les vertus qu’il a,
Peut encore aller par-delà.

Cette judicieuse élite
De personnes de tel mérite,
Par Sa Majesté recherchées,
Pour être pourvues d’évêchés,
Est une assez visible marque
De prudence en ce grand monarque,
Et qu’il aura toujours bonté
Pour les gens de capacité. »


  1. V. note [2], lettre 683, pour Nicolas Le Maître évêque de Lombez.

  2. Alexandre Fabry devenait évêque d’Orange en succession de Hyacinthe Serroni qui prenait le siège de Mende (v. note [9], lettre 678).

  3. Nicolas Colbert, frère cadet du futur ministre, Jean-Baptiste, succédait à Pierre Nivelle dans l’évêché de Luçon (dont Richelieu avait été titulaire de 1605 à 1624).

  4. François de Clermont-Tonnerre succédait à Henri de Baradat (v. note [9], lettre 678) dans le siège de Noyon.

  5. Semond : prié, participe passé du verbe semondre, « avertir, inciter ».

  6. François de Nesmond succédait à François Servien (v. note [45], lettre 155) dans l’évêché de Bayeux.

  7. « Par la grâce de Dieu ».

  8. V. note [4], lettre 683, pour Giuseppe Zongo Ondedei qui ne succéda pas à Gilles Boutaut (v. note [17], lettre 678) dans le siège d’Évreux.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De André Falconet, le 15 mars 1661, note 3.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9038&cln=3

(Consulté le 25/06/2024)

Licence Creative Commons