À Charles Spon, le 1er août 1656
Note [30]

« qui est de l’espèce la plus atroce et la plus féroce ».

Le lien entre la consommation de melons et la survenue d’une dysenterie aiguë menaçant la vie est évoqué à plusieurs reprises dans les lettres de Guy Patin, mais obscur aujourd’hui, à moins de penser qu’on altérait les fruits en y injectant de l’eau pour en augmenter le poids et le jus, ce qui aurait permis aux bactéries qu’elle contenait d’y pulluler.

Denis de Hère (ou Heère), seigneur de Vaudois, avait été reçu conseiller au parlement de Paris en 1627, en la deuxième des Enquêtes. Maître des requêtes en 1636, il avait assuré plusieurs intendances avant celle de Touraine (Popoff, no 1425).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 1er août 1656. Note 30

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0442&cln=30

(Consulté le 24.11.2020)

Licence Creative Commons