De Jan van Beverwijk, le 30 juillet 1640
Note [30]

Avant l’invention du rein artificiel (épuration ou dialyse extrarénale), en 1943 par le Néerlandais Willem Kolff (1911-2009), une anurie prolongée aboutissait à l’insuffisance rénale terminale, affection qui portait le nom d’urémie ou mal de Bright, nom du médecin anglais (Richard Bright, 1789-1858) à qui on attribue ordinairement le mérite de l’avoir caractérisée.

Son splendide article princeps, Cases and observations illustrative of renal disease accompanied with the secretion of albuminous urine [Cas et observations illustrant la maladie rénale qui s’accompagne de la production d’urine albumineuse] (Guy’s Hospital Reports, 1836, volume 1, pages 338‑400), détaillait cent observations de la maladie et décrivait comme ordinaire la survenue d’un coma avec convulsions dans la phase finale. Il signalait aussi la possibilité d’une cécité, qu’on a plus tard appelée amaurose (perte de la vue) urémique et attribuée à une atteinte de la rétine (rétinite dite albuminurique).

Puisse notre édition aider Jan van Beverwijk à occuper un jour la place qu’il mérite dans l’histoire de l’insuffisance rénale anurique.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Jan van Beverwijk, le 30 juillet 1640. Note 30

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9061&cln=30

(Consulté le 13.05.2021)

Licence Creative Commons