À Charles Spon, le 12 mars 1658
Note [32]

« par la vanité naturelle à ce peuple » ; Tacite, Histoires (livre v, chapitre xxiii) : {a}

Spatium velut æquoris electum quo Mosæ fluminis os amnem Rhenum Oceano adfundit. Causa instruendæ classis super insitam genti vanitatem ut eo terrore commeatus Gallia adventantes interciperentur.

[Il {a} choisit le lieu où, spacieuse comme une mer, la Meuse reçoit les eaux du Rhin et les verse dans l’Océan. {b} Le but de cet armement, outre la vanité naturelle à ce peuple, était de fermer le passage aux convois qui nous viendraient de la Gaule].


  1. Chef batave.

  2. Soit la Hollande, mais la géographie moderne tient la Meuse pour un affluent du Rhin, qui partage son delta.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 12 mars 1658. Note 32

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0519&cln=32

(Consulté le 28.11.2022)

Licence Creative Commons