À Charles Spon, le 8 janvier 1650, note 33.
Note [33]

Guy Patin revenait sur ce qu’il avait déjà écrit dans sa lettre à Charles Spon du 3 décembre 1649 (v. sa note [19]) : faut-il y voir une marque d’orgueil flatté, ou, ce qui est bien plus précieux, le secret espoir que ses lettres seraient un jour publiées (et donc une permission implicite de ce faire) ?

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 janvier 1650, note 33.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0211&cln=33

(Consulté le 20/07/2024)

Licence Creative Commons