À Charles Spon, le 3 décembre 1649
Note [19]

« le dieu boiteux (qui marche lentement) » ; Catulle (Poèmes, xxxvi, Contre les Annales de Volusius, vers 5‑8) :

desissemque truces vibrare iambos,
electissima pessimi pœtæ
scripta tardipedi deo daturam
infelicibus ustilanda ligni
.

[Et si je cessais de lancer contre elle {a} mes ïambes redoutables, de livrer au dieu boiteux et aux flammes de ses bois maudits les chefs-d’œuvre choisis du plus mauvais poète].


  1. Mon amante.

Charles Spon n’a pas sacrifié à Vulcain les lettres de Guy Patin, qui a ici donné comme un timide aval à leur publication posthume.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 3 décembre 1649. Note 19

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0209&cln=19

(Consulté le 15.10.2019)

Licence Creative Commons