À Charles Spon, le 18 janvier 1644
Note [38]

« qui fut le tyran empirique le plus cruel en l’art de régner, et vraiment un vaurien de la politique. Misérable et insensé pillard des Français, il s’était seul évertué à s’enrichir certainement par tous les moyens, bons comme mauvais [de façon licite et illicite] ; lui qui n’exerçait pas tant l’art de diriger que celui de tromper les hommes. » Guy Patin empruntait à Jean-Pierre Camus, évêque de Belley, la fin de sa diatribe contre Richelieu.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 18 janvier 1644. Note 38

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0099&cln=38

(Consulté le 15.09.2019)

Licence Creative Commons