À Claude II Belin, le 30 juillet 1642
Note [4]

Tout ce passage sur les évacuations obstinées de sang et de matières fécales montre bien les limites de la médecine dogmatique (v. note [2], lettre 70), dont tout l’art consistait à vidanger les mauvaises humeurs, dites peccantes, pour tenter d’en rétablir l’équilibre (tempérament), en s’attaquant plus aux mécanismes et aux symptômes qu’aux causes de la maladie.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 30 juillet 1642. Note 4

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0067&cln=4

(Consulté le 30.01.2023)

Licence Creative Commons