À Charles Spon, le 28 mars 1643, note 4.
Note [4]

Cette phrase (supprimée dans les éditions antérieures à celle de Triaire) révèle que, tout jeune étudiant, Charles Spon (né en 1609) fut auditeur de la thèse que Guy Patin (de huit ans son aîné) avait présidée le 16 décembre 1627 (v. note [10], lettre 3). Dans les quelques lettres qu’on a de lui, Spon a parfois appelé Patin « Monsieur, mon cher patron ».

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 28 mars 1643, note 4.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0079&cln=4

(Consulté le 15/06/2024)

Licence Creative Commons