À André Falconet, le 28 mai 1649
Note [4]

« Enfin libéré de son précepteur, il aime les chevaux : comme une cire molle, il se laisse façonner au vice, regimbe aux avertissements, met longtemps à songer à l’utile, dépense sans compter » ; emprunt tronqué à Horace (Art poétique, vers 161‑165) :

Inberbus iuvenis tandem custode remoto
Gaudet equis canibusque et aprici gramine Campi
Cereus in vitium flecti, monitoribus asper,
Utilium tardus provisor, prodigus æris,
sublimis cupidusque et amata relinquere pernix
.

[L’adolescent imberbe, enfin libéré de son précepteur, aime les chevaux, les chiens, la piste ensoleillée du Champ de Mars ; comme une cire molle, il se laisse façonner au vice, regimbe aux avertissements, met longtemps à songer à l’utile, dépense sans compter, a de l’orgueil, des désirs extrêmes ; il abandonne vite ce qu’il a aimé].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 28 mai 1649. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0177&cln=4

(Consulté le 24.11.2020)

Licence Creative Commons