À André Falconet, le 4 novembre 1650
Note [4]

« puisque nos chimistes, tous autant qu’il en existe ici, sont de fort misérables petits hommes, ignorants et illettrés, mendiants calamiteux, vénaux et tombés plus bas que terre ».

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 4 novembre 1650. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0247&cln=4

(Consulté le 15.10.2019)

Licence Creative Commons