À André Falconet, le 24 septembre 1658
Note [4]

« de verre » : le verre d’antimoine « est de l’antimoine broyé, cuit et calciné par un feu violent dans un pot de terre jusqu’à ce qu’il ne jette plus de fumée, ce qui est une marque que tout son soufre est évaporé. On le réduit en verre dans le fourneau à vent, et alors il est fort diaphane, rouge et brillant, et de couleur d’hyacinthe. Le verre d’antimoine est le plus violent de tous les vomitifs qui se tire de l’antimoine » (Furetière). Réduit en poudre, le verre s’administrait sous forme de tablettes (comprimés). Il servait de base à la préparation du vin émétique en le mouillant dans du vin blanc.

Reveillé-Parise a écrit de citro [sans doute pour dire de citron, mais par solécisme, pour de citreo].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 24 septembre 1658. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0538&cln=4

(Consulté le 06.05.2021)

Licence Creative Commons