L. 538.  >
À André Falconet,
le 24 septembre 1658

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Nous avons appris ici de ceux qui y étaient l’histoire du vin émétique [2] de Calais. [3] Le roi [4][5] ayant à être purgé[6] on lui prépara trois doses d’apozèmes [7] purgatifs, qui étaient chacun de cinq onces d’eau de casse, [8] et l’infusion de deux drachmes de séné ; [9] le cardinal [10] demanda si l’on n’y mettrait rien d’extraordinaire ; Esprit, [11] médecin de M. le duc d’Anjou, [12] dit que l’on y pouvait ajouter quelque once de vin émétique. Voyez la belle politique de notre siècle : le médecin du prochain héritier de la couronne, et successeur immédiat, adhibetur in consilium pro Rege, et venenatum stibium audet præscribere[1] S’il en eût été cru et que le roi fût mort, son maître eût été roi, et lui premier médecin du roi. Non sic erat in principio[2] autrefois on n’appelait jamais chez le roi malade les médecins des princes du sang, pour des raisons de politique très fortes ; mais aujourd’hui tout est renversé. Guénault [13] dit qu’il n’y en fallait donc guère mettre. [3] Yvelin [14] proposa deux drachmes de tablettes de vitro[4][15] allégua qu’elles n’avaient pas tant de chaleur que le vin émétique. Guénault répondit que la chaleur du vin émétique n’était point à craindre, vu que l’on en mettait peu. Là-dessus Mazarin dit qu’il fallait donc prendre du vin émétique, dont on mit une once dans les trois prises. Le roi en prit une, sauf à lui donner les autres quand il en serait temps. Au bout de deux heures le remède passa et le roi fut ce jour-là à la selle 22 fois, dont il fut fort las. Le soir, la fièvre redoubla plus fort, la nuit suivante fut fort mauvaise ; il fallut le saigner de grand matin, non sans regret d’avoir donné du vin émétique car s’il en fût arrivé pis, ils n’eussent pas manqué d’en être maltraités. Le roi fut encore saigné [16] deux autres fois, et puis il fallut le repurger, ce que l’on fit avec deux drachmes de séné et de la casse délayée, et une once de sirop de chicorée [17] composé de rhubarbe, [18] et il se porta mieux ensuite. Si bien que ce n’est pas la peine de dire que le vin émétique a sauvé le roi, vu qu’il en a pris si peu qu’il ne se peut moins ; et même le roi ne voulut point prendre l’autre remède qu’ils ne lui jurassent qu’il n’y avait point de vin émétique, tant il le haïssait encore. Ce qui a sauvé le roi a été son innocence, son âge fort et robuste, neuf bonnes saignées et les prières des gens de bien comme nous, et surtout des courtisans et officiers qui eussent été fort affligés de sa mort, particulièrement le cardinal Mazarin. Le roi d’une part, et la reine [19] de l’autre, voulaient faire chasser Vallot, [20] et l’eussent fait, mais le Mazarin l’a maintenu. [5] Guénault est ici malcontent de ce peu qu’on lui a envoyé pour le voyage qu’il a fait à Calais en la maladie du roi, et a dit que si une autre fois on le mandait pour aller si loin, qu’il le refuserait. Le tiers d’une once de vin émétique n’a donc servi qu’à faire babiller le Gazetier[21] suivant sa coutume. [6]

J’apprends que M. le comte de Rebé [22] se porte mieux, mais je n’y vais point. Il a demandé pourquoi je ne le vais point voir, je vous vais dire la raison : on m’a rapporté qu’il disait que dans le faubourg Saint-Germain on lui avait promis de lui faire voir un médecin étranger qui savait guérir de la goutte [23] et de plusieurs autres maladies ; j’attends que celui-là l’ait guéri et auparavant, je n’irai point s’il ne me mande, et lui me viendra voir s’il veut. Pour Monsieur votre fils, [24] je vous avertis qu’il est mieux à Lyon qu’à Paris où la jeunesse est merveilleusement débauchée. Vous en voulez faire un médecin : il peut faire sa philosophie à Lyon, [7] et après vous nous l’enverrez ici pour la médecine, un an ou deux ans. Si Monsieur votre fils demeure près de vous, vous en serez mieux le maître, sa santé se fortifiera et il sera plus capable de me croire dans deux ans, [8] si j’y suis encore. Quand il aura ici étudié quelque temps, il faudra le faire passer docteur en peu de temps, et après le retirer près de vous où il vous suivra chez les malades et où il apprendra plus en trois mois qu’en quatre ans à Montpellier, [25] où j’apprends aussi que les jeunes gens sont fort débauchés ; j’en ai plusieurs exemples, mais j’y prends moins d’intérêt. Étant à Lyon près de vous, il pourra vous rendre bon compte de son loisir, et à son aise et à son grand profit il lira Hippocrate, [26] Galien, [27] Fernel [28] et Duret. [29] Voilà ce que j’en pense. Si vous désirez que l’affaire aille autrement, vous en êtes le maître et je suivrai entièrement votre avis. Si vous retenez Monsieur votre fils à Lyon pour faire sa philosophie, tâchez de faire en sorte qu’il apprenne le grec heureusement, qu’il sache bien la grammaire, le Nouveau Testament, Lucien, [30] Galien et Aristote. [31] Dans deux ans, il sera plus robuste et plus propre à supporter son premier hiver à Paris, qui y est extraordinairement rude aux nouveaux venus et aux jeunes gens ; et même alors, il faudra l’envoyer dès le mois d’août afin qu’il y passe l’automne et qu’il y soit accoutumé avant que l’hiver vienne. Habes quid sentiam æqui bonique consules, diversum forsan senties Lugduni, tu si hic sis, aliter sentias[9] Je vous baise les mains et suis de tout mon cœur votre, etc.

De Paris, ce 24e de septembre 1658.

On dit ici que milord Lockhart, [32] gouverneur de Dunkerque, [10][33] demande à parlementer avec M. le cardinal Mazarin pour la peur qu’il a que les affaires d’Angleterre ne changent ; à cause de quoi, il veut s’assurer de la protection de France pour garder sa place. Le roi d’Angleterre [34] est en Flandres ; [35] il n’a pas entrepris de passer en Écosse comme l’on disait, car il n’a ni hommes, ni argent ; et le roi d’Espagne [36] n’a ni l’un, ni l’autre pour l’en assister. On dit que M. le maréchal de Gramont, [37] qui est ici de retour depuis peu de Francfort, s’en va en Angleterre en qualité d’ambassadeur extraordinaire. On dit que le nonce du pape [38] demande avec beaucoup d’empressement une audience pour se plaindre du Gazetier qui a fort maltraité notre Saint-Père le pape [39] en sa pénultième Gazette[11][40] On dit que cet endroit vient de M. Servien, [41] surintendant des finances, et qu’il n’a pas été mis sans quelque dessein, que la mort de Cromwell, [42] laquelle survint en ce même temps-là, aura étouffé. [12]


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 24 septembre 1658

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0538

(Consulté le 19.10.2019)