À Claude II Belin, le 2 juin 1660
Note [4]

La dépouille du Lord protector connut un sort bien plus sinistre que celui qu’annonçait ici Guy Patin. Sur ordre du Parlement, le 8 février 1661, en l’abbaye de Westminster, un maçon nommé John Lewis exhuma les corps embaumés d’Oliver Cromwell, de son gendre Henry Ireton et de John Bradshaw, Lord President de la Haute Cour de justice qui avait prononcé la sentence de mort contre le roi d’Angleterre en 1649. Après avoir reposé une nuit sous bonne garde dans l’auberge du Red Lion à Holborn, les « odieuses carcasses » furent transportées sur des charrettes par les rues de Londres, sous les huées de la foule, jusqu’à Tyburn (aujourd’hui Marble Arch) et pendues côte à côte au gibet vers dix heures du matin. À quatre heures, 12 ans, heure pour heure, après l’exécution de Charles ier, le bourreau coupa les têtes des trois cadavres. On les planta six jours plus tard, sur de grandes piques, devant Westminster Hall, où elles restèrent exposées à la vue du public jusqu’à ce qu’un violent orage les fasse tomber à terre… en 1685. La tête de Cromwell, après un long périple, ne fut réenterrée qu’en 1960 à Cambridge, en un endroit tenu secret près de la chapelle du Sidney Sussex College où il avait étudié (Fraser et Mac Donald).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 2 juin 1660. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0613&cln=4

(Consulté le 21.01.2021)

Licence Creative Commons