À Gilles Ménage, le 20 juillet 1651, note 4.
Note [4]

Page 104, au mot Béjaune, qui est une corruption de « bec jaune », pour dire niais, inexpérimenté et, à présent, blanc-bec :

« Les Allemands […] appellent aussi un niais gelbsnabel, c’est-à-dire mot pour mot jaune bec. Dans leurs universités, on appelle pareillement Beanus l’écolier qui n’a pas encore déposé, pour user de leurs termes, c’est-à-dire qui n’a pas encore souffert les avanies que le dépositeur, qui est une personne publique et à gages, fait aux écoliers nouvellement arrivés des basses écoles aux écoles de droit. […] Chaque lettre de ce mot Beanus en fait cette définition : Beanus est asinus nesciens vitam studiosorum. {a} Je ne doute point que beanus n’ait été dit par corruption pour bejanus, et que bejanus ne vienne du français béjaune. »


  1. « est un âne qui ne connaît pas les manières des étudiants. »

Le « traité grotesque en latin, fait par un Allemand, » dont parlait Guy Patin était peut-être la parodie de thèse académique intitulée :

Themata Medica de Beanorum, archibeanorum, beanulorum et cornutorum quorumcunque affectibus et curatione. Ad quæ, Præsidente admodum præcellenti et exquisito Cornelio Cerasto Cornano, Medico et Cheirurgo Regio Beanorum, respondebit Cariollinus Tevetio Crufenas.

[Thèse médicale sur les affections et le traitement des niais, des archiniais, des petits niais et des cornus. {a} À laquelle répondra Cariollinus Tevetio Crufenas, sous la présidence du fort excellent et distingué Cornelius Cerastus Cornanus, médecin et chirurgien royal des niais]. {b}


  1. Sans doute les cocus.

  2. Cornanæ, Wolphgangus Blass ins Horn, sans date, in‑4o de 16 pages ; l’article 25 contient une épitaphe grotesque, datée du 6 juillet 1651, ce qui est tout de même fort tardif pour une mention dans une lettre que Patin aurait écrite le 20 du même mois.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Gilles Ménage, le 20 juillet 1651, note 4.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1019&cln=4

(Consulté le 28/02/2024)

Licence Creative Commons