À Reiner von Neuhaus, le 4 juillet 1663
Note [4]

« Qui se ressemble s’assemble », adage antique qu’Érasme a commenté (no 121) avec malice :

Quare ubi absoluta similitudo, ibi vehementissimus amor, id quod indicat fabula Narcissi. […] Quanquam adagium recte transferetur et ad illos quos similitudo conciliat vitiorum.

[L’amour le plus vif naît quand la similitude est complète, d’où vient la fable de Narcisse. (…) L’adage pourrait aussi correctement s’appliquer aux hommes que leur similitude de vices rapproche].

V. note [1], lettre 744, pour le mariage de Charles Patin avec Madeleine Hommetz, fille de Pierre, docteur régent de la Faculté de médecine de Paris.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Reiner von Neuhaus, le 4 juillet 1663. Note 4

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1281&cln=4

(Consulté le 03.12.2022)

Licence Creative Commons