À N. Cordelier, le 4 février 1665, note 4.
Note [4]

Traduction soigneuse, et que j’espère fidèle, d’un passage qui donne à voir les obscurs méandres et les contradictions de la théorie humorale des maladies : voici l’imaginaire atrabile (bile noire) rendue responsable d’une quarte prolongée, en s’accumulant, semble-t-il, dans les intestins ; mais pour ne pas empirer une situation (déjà calamiteuse), il faudrait purger doucement, en s’abstenant des drastiques (coloquinte, scammonée, noirprun, ellébore, etc.).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À N. Cordelier, le 4 février 1665, note 4.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1372&cln=4

(Consulté le 23/04/2024)

Licence Creative Commons