Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (1) : sur le Laudanum et l’opium
Note [4]

Pline a consacré cinq chapitres (lxxvilxxx) du livre xx de son Histoire naturelle aux pavots. Le chapitre lxxviii (Littré Pli, volume 2, page 31) traite du pavot cornu (que Pline appelle ceratitis, du grec keratitis, dérivé de keras, corne, ou glaucium flavum) et en dit la même chose que Dioscoride.

Pline traite de l’altération de l’opium au chapitre lxxvi (ibid. même page) :

Experimentum opii est primum in odore : sincerum enim prpeti non est ; mox in lucernis, ut pura luceat flamma, et ut exstinctum, demum oleat : quæ in fucato non eveniunt. Acceditur quoque difficilius, et crebro exstinguitur. Est sinceri experimentum et in aqua, quoniam in nubila innatat : fictum in pustulas coit. Sed maxime mirum, æstivo sole deprehendi. Sincerum enim sudat, et se diliut, donce succo recenti simile fiat.

[Le premier caractère auquel on reconnaît la bonté de l’opium est l’odeur ; on ne peut résister à celle de l’opium pur. Le second caractère, c’est que, allumé à une lampe, il donne une flamme brillante, et que, après avoir été éteint, il répande de l’odeur ; ce qui n’arrive pas dans l’opium falsifié, qui s’allume aussi plus difficilement et qui s’éteint souvent. On reconnaît aussi l’opium pur par l’épreuve de l’eau : iI y surnage en forme de nuage, tandis que l’opium falsifié s’y met en grumeaux. Mais ce qu’il y a de plus étonnant, c’est que le soleil d’été fournit aussi un caractère : l’opium pur sue et se fond, jusqu’à ce qu’il devienne semblable au suc récent].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (1) : sur le Laudanum et l’opium. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8129&cln=4

(Consulté le 22.09.2019)

Licence Creative Commons