À Charles Spon, les 21 et 22 novembre 1652
Note [41]

« On dit ce qui vient par la flûte s’en va par le tambourin pour dire que le bien s’en est allé comme il était venu ; ce qui se dit aussi d’un bien mal acquis » (Furetière).

V. note [12], lettre 214, pour le mariage, arrangé par Condé en décembre 1649, du jeune duc de Richelieu, Armand-Jean de Vignerod du Plessis, avec Anne Poussart de Pons de Miossens, fille du baron de Vigean.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, les 21 et 22 novembre 1652. Note 41

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0297&cln=41

(Consulté le 24.01.2021)

Licence Creative Commons