À Charles Spon, le 4 novembre 1650
Note [5]

La guerre franco-espagnole avait toujours pour second front la Catalogne. Le duc de Mercœur y commandait pour la France en qualité de vice-roi.

Les Castillans assiégeaient Mirabel et Tortosa (sur l’Èbre). Mercœur ne pouvait secourir ces deux places car les routes d’accès en étaient solidement gardées. Il tenta une diversion en attaquant l’Aragon, mais s’y heurta à une forte armée de mercenaires allemands. Mirabel s’était rendue le 25 octobre et Mercœur, retiré à Balaguer (une vingtaine de kilomètres au nord de Lérida), en était réduit à attendre le renfort de 1 500 hommes amenés de Guyenne par Saint-Mégrain (Journal de la Fronde, volume i, fos 316 ro et 320 vo).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 4 novembre 1650. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0248&cln=5

(Consulté le 15.05.2021)

Licence Creative Commons