À André Falconet, le 25 avril 1659, note 5.
Note [5]

« comme unique témoignage d’une grande œuvre ».

Jusqu’en 1664 (v. note [11], lettre 792) on ne connaissait que des fragments mutilés et sans titre, de simples épisodes détachés du Satyricon, dont l’ensemble est censé représenter 16 livres. Il s’agissait de trois fragments : un premier découvert en 1476 et imprimé à Milan en 1482 ; le Codex Sambucus (de Johannes Sambucus, v. notule {b}, note [89] du Faux Patiniana II‑7), publié à Vienne (1564) et à Anvers (1565) ; et le fragment trouvé par Mathias Corvin, dans un couvent de Bude, en 1587, ou Codex Pithœius (de Pithou).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 25 avril 1659, note 5.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0560&cln=5

(Consulté le 14/04/2024)

Licence Creative Commons