À Hugues II de Salins, le 25 juillet 1664
Note [5]

Après Pierrette (v. note [10], lettre 634), deux fils étaient nés à Hugues ii de Salins, dont le premier (de prénom inconnu) a été mentionné dans la lettre du 1er juin 1662 (note [18]).

Le second prénommé Claude venait de naître (Papillon, tome second, page 231) :

« Salins (Claude de) docteur en médecine et maître des comptes à Dijon, naquit à Beaune vers 1664 de Hugues ii de Salins, médecin, et de Marguerite Bonamour. Il a fait imprimer les deux petites pièces suivantes :

  • Paraphrases en vers sur le premier et le cinquième psaume de David. Brochure in‑4o sans date, ni nom de ville, mais en 1714 à Dijon, chez Ressayre.

  • Paraphrase en vers sur les psaumes 41 et 136. Ibid. 1716, in‑4o. »

Claude écrivit et fit graver cette épitaphe sur la tombe de son père, érigée en l’église de Meursault et détruite pendant la Révolution (ibid.) :

Hic jacet
Hugo de Salins,
Hugonis, præcellentis medici filius,
Doctor Medicus Divione aggregatus,
In Dolana rationum Curia Secretarius Regius,
Vir in omni genere politioris Litteraturæ versatus,
Græce et Latine eruditissimus,
Qui Pauperibus effusa cum charitate,
Ditioribus summa cum laude Medicinam fecit.
Patriam etiam scriptis ornavit.
Quumque Doctrinam probitate et pietate cumulasset,
Bonis magnum et eruditis sui desiderium reliquit.
Natus Belnæ iii. Nonas Decemb. anno mdc. xxxii.
Denatus hoc in Agro Belnæ iii. Cal. Octob. mdcc. x.
Charissimo, semperque sibi lugendo patri,
Filius amantissimus,
Claudius de Salins,
Regi a Consiliis,
In suprema rationum Burgundiæ Curia Senator,
Monumentum hoc posuit ;
Et in Anniversarium solemne sacrum
Anno censu constituto.
In perpetuum parentavit.
Requiescat in pace
.

[Ci-gît Hugues de Salins,
fils de Hugues, {a} médecin du plus haut mérite, lui-même docteur en médecine, agrégé au Collège des médecins de Dijon, secrétaire du roi en la Chambre des comptes de Dole, homme versé en tout genre de belles-lettres, très savantt en grec et en latin ; il exerça la médecine avec la charité la plus vaste pour les pauvres, et avec la plus haute louange pour les riches. Ses écrits ont aussi honoré sa patrie. Après avoir mis le comble à sa science par sa vertu et sa piété, il a laissé aux gens de bien et aux savants un immense regret de sa perte.
Né à Beaune le 3 décembre 1632 ; mort dans le pays Beaunois {b} le 29 septembre 1710.
À son très cher et à jamais regretté père, le plus aimant des fils, Claude de Salins, conseiller du roi, conseiller de la Chambre des comptes du parlement de Bourgogne, a élevé ce monument ; et a fondé, à sa mémoire, à perpétuité, un service anniversaire solennel, en affectant un don annuel à cette destination.
Qu’il repose en paix].


  1. Hugues ii, fils de Hugues i.

  2. À Meursault.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues II de Salins, le 25 juillet 1664. Note 5

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0789&cln=5

(Consulté le 18.08.2022)

Licence Creative Commons